Interview : 5 questions à Josh Werner

A la rencontre du bassiste américain Josh Werner auteur d’un album jazz ambient épatant, Mode For Titan, sorti en 2020 sur le label M.O.D. Reloaded.

Josh-Werne
Josh Werner – photo by Bianca Casady

Josh Werner a sorti en 2020 avec Mode For Titan un album ambient basé quasi essentiellement sur le son de sa bass. Un parti-pris étonnant pour un résultat totalement bluffant avec un mélange de tranquillité et de mystère qui ressort tout au long de ce disque mélodieux, contemplatif et minimaliste. Une réalisation qui nous a donné envie d’en savoir plu sur ce musicien qui a joué aux côté de Cocorosie et Laurie Anderson ou Ghostace Killah.

1. Qui es-tu Josh Werner ?

Je suis un bassiste, peintre et producteur basé à New York (….). J’ai eu la chance d’enregistrer et de jouer avec des lumières (Bill Laswell, Lee Scratch Perry, Ghostface Killah) et de commencer quelques projets avec mes talentueux pairs (Helio Parallax, Roots Tonic, Higgins Waterproof Black Magic Band).

2. Quelles sont tes principales sources d’influences ?

J’écoute beaucoup de jazz et de dub, j’aime les purs compositeurs des années 70, j’aime aussi les peintres Egon Schiele, Gerhard Richter, Peter Lanyon et Rammellzee. Pendant la pandémie, j’ai regardé Cassavetes, Fellini, et beaucoup de cinéma noir d’époque.

3. Comment composes-tu ta musique ?

J’ai un studio mobile, qui voyage avec moi, donc je peux composer sur l’ordinateur, avec mes guitares, mes basses et un ou deux claviers. J’aime aussi écrire avec juste un piano, du papier et un magnétophone.
Que ce soit sur scène ou en studio, ces derniers temps, j’ai l’impression que le niveau ultime de la composition est d’improviser une chanson en fonction du moment. J’ai une sortie prochaine avec James Brandon Lewis où nous faisons exactement ceci : des improvisations de composition, en direct.

4. Quelles sont les musiques que tu écoutes en ce moment ?

Dernièrement, j’ai écouté :

Don Cherry / Terry RileyLive in Koln
Robin Guthrie / Harold Budd – After the night falls
Black UhuruDub Factor
CANThe Lost Tapes
Bob DylanAnother Self Portrait (1969-1971): The Bootleg Series, Vol. 10

5. Quel est ton meilleur souvenir en matière de musique, cinéma, littérature ?

Mes meilleurs souvenirs sont de voir ou de jouer avec les gens que j’aime et que je respecte. Quelques-uns des moments forts sont de jouer de la basse aux côtés de Bill Laswell et de Jah Wobble pour “Bass Invaders” en 2019, de jouer au C.R.E.A.M. avec Ghostace Killah le jour de mon anniversaire au stade Citifield de New York, regarder Roy Hargrove, Kenny Kirkland et Jeff Tain Watts se produire chaque semaine au Zinc bar à la fin des années 90, jouer avec Cocorosie et Laurie Anderson à la Salle Playel, C’était aussi incroyable de serrer la main de Kurt Vonnegut en 1999, et de fumer un joint avec Wille Nelson à Farm Aid ! Tout cela étant dit, j’espère que les meilleurs souvenirs sont encore à venir.

 

%d blogueurs aiment cette page :