Eluvium – Pianoworks

Eluvium, le projet de Matthew Cooper, fait son retour avec un double album de piano pour 1h35 de musiques simples et naïves. Très beau.

Eluvium – Pianoworks

Avec tout ce qui sort en matière de « Solo piano » au cours d’une année, on pourrait faire un top albums rien que pour cette formule musicale si appréciée ici. Quoi qu’il en soit, ce Pianoworks restera parmi les plus belles réalisations du genre entendues pour cette année 2019.
Jusqu’alors, Matthew Cooper nous avait habitué à des albums souvent planants, faisant la part belle aux plages de musique ambient dans lesquelles se superposent des strates sonores éthérées, avec parfois des voix célestes, des notes de pianos éparses ou des cordes comme dans le sublime False Readings on  paru en 2016.
Là, il revient avec un double album qui évoque l’innocence de l’enfance avec des compositions simples et naïves destinées à inciter les jeunes à se mettre au piano et à jouer ces musiques.
Point de virtuosité ici mais simplement le plaisir d’entendre des musiques simples et touchantes comme pouvaient l’être celles de Satie.
La seconde partie du disque propose des versions au piano d’anciens titres d’Eluvium issus principalement de An Accidental Memory in the Case of Death paru il y a une quinzaine d’années.
Un disque léger et apaisant, à écouter en méditant, en lisant, en conduisant, ou avant de s’endormir.

☆☆☆☆☆

Temporary Residence – mai 2019

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *